A propos

Tambour Battant vu par JJsphere...

Le doudou de bébé, la berceuse intégrée, on peut en parler ? Vous en avez ras le bol des petites ritournelles insupportables qui restent indéfiniment dans la tête, quand elles ne sont pas dramatiquement cucul la praline ? Marre de l’éternel lapin-pin, du sempiternel ourson-son ? Vous en voulez plus ? Vous en voulez mieux ? Un autre monde, une autre chose, qui vous portera d’emblée au rang de parent cool, de tata dans le coup, de parrain dans le vent. Bobo jusqu’au bout des ongles mais avec une touche indomptable rock. Nous avons évidemment une solution pour vous… Et nous vous la soumettons Tambour Battant !

Tambour Battant, une histoire de frangines 

Arrivées à la même conclusion que nous après constatation similaire, Mireille et Nathalie Leteneur ont pris le taureau par les cornes ou le dessin par le fil. Fans de musique avant tout, elles souhaitent débarrasser les berceaux de la Lettre à Élise n’en déplaise au grand Beethoven (Est-ce qu’on peut aussi faire quelque chose pour les mises en attente téléphonique, please ?). Et puisque Mireille sait accessoirement dessiner, très bien dessiner…Elle a un style bien à elle. Frais, coloré, spontané derrière une douce armure de tendresse et d’humble timidité. Il lui a longtemps été suggéré de mettre son talent au service des petites têtes blondes. Son trait plein de poésie se prêtant parfaitement aux jeux enfantins et à leur imagination débordante. 

Les France-trotteuses du hochet

Il aura fallu un peu de temps, mais surtout une belle idée pour sauter le pas et toucher du bout du pinceau la liberté qu’offre ce créneau moins dicté par les effets de mode. Ainsi naquit Tambour Battant. Avec le concours de la fameuse frangine, fière pourfendeuse de tissu, à la pointe de son aiguille. Chaque pièce réalisée de manière artisanale est produite en quantité très limitée. Mireille dessine à Toulouse, Nathalie coud à Bordeaux, leurs réunions stratégiques prenant place dans le cocon familial à Biarritz.Débordantes d’idées et d’envies, pour palier à la frustration quand les droits des morceaux reproduits par les boîtes à musique sont trop compliqués à obtenir, les deux soeurs créent des hochets, des poupées doudou qui s’agrippent facilement et initient aux percussions.

La musique iconique comme inspiration 

La musique en premier choix, la note d’abord. D’où l’envie de créer avant toute chose des boîtes à berceuses, des doudous qui chantent. Ensuite, vient l’univers de l’artiste, son pouvoir représentatif. Avec le plaisir que pourra prendre Mireille à imaginer et illustrer le personnage scénique, la figure de la star pour en faire une poupée de chiffon convaincante. Pas étonnant que David Bowie soit le fétiche de la marque.
L’éducation musicale et artistique de nos enfants est primordiale et doit se débuter dès que possible ! Pour éviter les écueils Gims, un hochet Bowie ? C’est une question de décence humanitaire. Ou juste de sauvegarde des tympans des parents.
JJsphere - Magazine branché culture & tendances
@josiane_josette